<<<

Les crissements

agacent les riverains

des premiers chemins de fer ?

Des roues folles et des rails en bois

seront la solution pour les experts

de la première moitié du XIXe siècle.

La réduction du bruit de crissement

en courbe est un problème très ancien.

En effet, il est né avec le chemin de fer et ses deux ennemis jurés : la courbe et les roues calées. Les ingénieurs des premiers chemins de fer ont bien eu à faire face à ce choix cornélien : soit on cale les roues et l’on roule tout droit, soit on ne les cale pas et l’on peut accepter des courbes. Mais, rouler en courbe avec des roues calées (pour ceux qui veulent le beurre et l’argent du beurre…) fait grincer les dents et crisser les roues. Il est assez intéressant de partir chercher les origines de ce problème, et de voir comment il a hanté les esprits des premiers ingénieurs qui ont hésité entre roues folles et roues calées. Les sinistres crissements ont été la douce musique des paroles du « Ah !  Je vous l’avais bien dit ! » pour les oreilles des partisans de la roue folle, tandis que les partisans de la roue calée feignaient, sans doute, de ne rien entendre.

<<<

https://trainconsultant.com/

2024/03/28/

des-roues-qui-crissent

-point-nen-faut-pour

-les-chemins-de-fer/

>>>