<<<

Un curieux dialogue qui sourd
des guichets à Paris-Montparnasse…

J’arrive donc à la gare vers 22h30, trouve un guichet ouvert,
et demande une réservation pour Nantes.

— Vous êtes canadien?
me demande la vendeuse de billets…

— Euh… Oui…

Grmblll. Canada? C’est où ça, Canada? Personne sait où c’est, Canada!!!

Québécois, je me dis, Québécois, et avec un seul «Q», comme tout le monde.

Les canadiens, ce ne sont que des rosbifs qui s’ignorent. Grmblll.

— Ah! C’est très beau chez-vous. J’y étais, au mois de septembre… Ah, les grands espaces, la nature… Vous aimez?

(Je m’en tape. Ce qui m’intéresse, c’est la civilisation).

Ma réponse me vaudra un regard un instant incrédule :

— Madame, je viens tout juste de faire Charles-de-Gaulle_Montparnasse-Bienvenüe en Métro, et, croyez-moi, j’étais au paradis.

Après un instant où elle ne sait pas si elle doit en rire ou en pleurer, la conversation déraille très rapidement sur le chemin de fer.

— Vous avez déjà pris le TGV? (avec une grande luette de fierté au fond de la bouche)…

— Euh, oui… J’arrive tout juste de Marseille, où je suis allé dans la cabine du TGV…

— (stupeur) Oh! Comment avez-vous fait?

— C’est assez invraisemblable; par l’intermédiaire d’un agrégé en philosophie…

— (re-stupeur) En effet… Et le TGV Atlantique? (sous entendu : «NOTRE TGV»…)

— Je l’ai essayé deux semaines après son inauguration, en octobre 1989… Nous étions deux heures en retard!

(Mais je n’ai pas précisé que c’était à cause d’un feu de brousse)…

Toujours est-il qu’il n’y avait pas de place sur le premier TGV pour Nantes, le lendemain.

C’est alors que j’ai eu la surprise de me faire proposer un strapontin! Et gratuitement, en plus.

Pour revenir, je demande un espace dans le « club », que j’ai sans problèmes.

<<<

http://www.emdx.org/

rail/

canard/France92/

19mai.html

>>>